Entre Lumière et Ténèbres
Entre Lumière et Ténèbres
Administrateurs : Sora
 
 Entre Lumière et Ténèbres  <3Hors RPG<3  */*Disney*/* 

 Toy Story

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Sora
Lumière
Voyageur des Mondes
Sora
6673 messages postés
   Posté le 17-04-2017 à 17:57:28   Voir le profil de Sora (Offline)   Répondre à ce message   http://entrelumieretenebre.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Sora   

Moments les plus "puissants":
-Toy Story 3:quand ils vont tous être brûlés dans la benne à ordures

--------------------
Sora
Lumière
Voyageur des Mondes
Sora
6673 messages postés
   Posté le 01-08-2018 à 11:48:14   Voir le profil de Sora (Offline)   Répondre à ce message   http://entrelumieretenebre.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Sora   

Selon la Chronique
Toy Story est un évènement comme il s'en produit peu dans l'histoire du cinéma. Il marque en effet l'avènement, à l'échelle d'un long métrage, de la technologie 3D dans le cercle jusqu'ici très fermé du monde de l'animation.
Toy Story est une révolution dans le cinéma d'animation comparable au passage du noir et blanc à la couleur, ou plus en avant encore, du muet au cinéma parlant !
Affublé d'un Lucas Computer Graphics Division, il n'est, en effet, alors qu'un simple département autonome d'Industrial Light & Magic (I.L.M.), la compagnie de Georges Lucas.
Pourtant, c'est aux mains de deux autres personnes que le studio à la lampe de bureau va connaitre son incroyable essor : John Lasseter et Steve Jobs.
Tron, considéré, à juste titre, comme l'ancêtre de la production 3D.
Il est d'ailleurs l'un des rares à prendre conscience du formidable potentiel de l'utilisation des ordinateurs dans le monde de l'animation.
En 1986, Steve Jobs - le célébrissime fondateur d'Apple - rachète la division infographie d'I.L.M. à Lucasfilm. Aussitôt rebaptisée Pixar, elle devient très vite le studio qui défriche le nouveau monde de l'animation 3D, à une époque où personne ne croit à son exploitation à grande échelle.
De nombreux courts-métrages. Luxo Jr., Red's Dream, Tin Toy, Knick Knack - des histoires dépourvues de dialogues à la bande-son jazzy chère à Woody Allen - naissent ainsi et constituent toutes de véritables petits bijoux.
Fort de ce début de reconnaissance, Pixar décroche de nombreuses commandes publicitaires qui sont alors son unique source de revenus. Signant jusqu'à quinze spots en 1991, la firme s'impose, peu à peu, dans le domaine de la 3D et acquiert une maîtrise incomparable dans l'art du dessin animé par ordinateur.
Parallèlement, Tim Burton décroche, avec Batman, lui aussi la lune. Ayant quitté Disney en 1984 en laissant dernier lui un cartoon en image par image, Vincent, et une idée de long-métrage, L'Étrange Noël de Monsieur Jack ; désormais auréolé d'une réputation de réalisateur banquable, il revient frapper à la porte de Mickey pour essayer de concrétiser son idée première.
Partant de l'idée de proposer un récit du point de vue des jouets, il imagine ainsi la rivalité entre deux joujoux, l'un ancien et l'autre flambant neuf.
La trame terriblement efficace provient d'une unique interrogation : qu'est-ce qui effraie le plus au monde un jouet ? La réponse prend des airs de fusée à trois étages : être cassé, être boudé, être supplanté !
Pour le jouet neuf, la figurine spatiale s'impose sans trop de mal.
Le personnage de Buzz est d'ailleurs tellement bien défini qu'il est, un temps, envisagé de débuter Toy Story par une séquence 2D supposée être un extrait de sa sérié animée. L'idée est toutefois vite abandonnée au motif qu'elle lui fait la part trop belle au détriment de son opposé, le jouet has-been.
L'acteur, à l'occasion de ses essais de vocalise, donne aux artistes Pixar l'idée saugrenue mais brillante de persuader Buzz d'être véritablement un ranger de l'espace. Le personnage ne s'imagine donc pas un instant être un simple jouet mais se croit égaré sur terre. Les quiproquos n'en seront que plus faciles !
Le contraste est vite trouvé : à l'immensité du vide intersidéral, origine de Buzz, est ainsi opposé le terre-à-terre plancher des vaches représenté par la personne d'un cowboy de pure tradition américaine.
D'abord imaginé Bud Lucky, une poupée ventriloque à la façon de Charlie McCarthy conduit par Edgar Bergen dans Coquin de Printemps, il devient ensuite Woody, un mannequin articulé équipé, à l'ancienne, d'une lanière dans le dos lui permettant de débiter des phrases toutes faites.
Jeffrey Katzenberg impose en effet ses vues et, exigeant de voir le récit s'adresser clairement à un public adulte, dénature à outrance le projet.
La décision d'arrêter la production de Toy Story est sur le point d'être annoncée quand une réunion de la dernière chance est montée au cours de laquelle Pixar présente une version de story-board entièrement remanié en deux semaines. Elle fait son petit effet et relance le projet ; la démission fracassante de Jeffrey Katzenberg (parti en 1994 créer Dreamworks) apporte sa pierre à l'édifice : le film récupérant son titre premier, Toy Story.
Pixar donne vie aux jouets de générations entières de spectateurs d'une manière jamais vue au cinéma.
Le public applaudit devant la prouesse tandis que la Critique reste bouche bée.
Elle reprend néanmoins la parole pour dénoncer la contre-performance obtenue sur les humains, dont l'animation 3D reste par trop perfectible.
Balbutiante à l'époque, elle les prive, en effet, de leur humanité, en restituant d'eux une apparence "plastique" fort gênante.
Sa chambre prenant d'ailleurs des airs de laboratoire du Docteur Frankenstein.
Sous l'impulsion de son grand frère, d'y voir intégrées trois chansons à la condition notable qu'elles ne soient pas interprétées par les personnages.
Toy Story est terminé dans les temps. Il sort à la fin de l'année 1995 et provoque un raz de marée, non seulement dans les salles mais également au sein de la Critique qui ne trouve pas de mots assez forts pour souligner son génie artistique et technique.
John Lasseter reçoit également de ses pairs un Oscar Spécial pour le développement de la technique à l'origine du premier film en images de synthèse de l'histoire du cinéma.
Personne à l'époque de la conception de Toy Story ne s'attend, en réalité à ces résultats exceptionnels.
Toy Story apparait comme un film chainon du cinéma comme l'a été Blanche Neige et les Sept Nains.
Les artistes qui ont travaillé dessus sont, quinze ans plus tard, des pionniers qui ont révolutionnés le 7e art, tout du moins pour son genre "animation".
La rançon du succès de ce film emblématique a pourtant un redoutable revers, celui d'avoir ringardisé à outrance les films 2D au point même de voir Disney décider de fermer ses propres studios.
Toy Story est à John Lasseter ce qu'est Blanche Neige et les Sept Nains à Walt Disney : leur premier - et à jamais plus beau - bébé !

Source:
https://www.chroniquedisney.fr/animation/1995-toystory.htm


Edité le 01-08-2018 à 12:09:38 par Sora




--------------------
Sora
Lumière
Voyageur des Mondes
Sora
6673 messages postés
   Posté le 04-08-2018 à 15:11:11   Voir le profil de Sora (Offline)   Répondre à ce message   http://entrelumieretenebre.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Sora   

Selon la Chronique
Indépendamment de tout aspect chronologique, Toy Story 2 est assurément le film "fondateur" de Pixar.
Le studio de Luxo Jr était un grand dans le monde de l'animation, gage d'extrême qualité, inventif, innovant, décomplexé et surtout, profondément respectueux de son public.
Avant Toy Story 2, il faut, il est vrai, remonter à 1945 pour trouver, au cinéma, une suite (Les Trois Caballeros) à un long-métrage d'animation (Saludos Amigos de 1943) même si, en l'espèce, parler de continuation de concept serait plus juste.
Sa genèse est d'ailleurs assurément atypique quand Toy Story 2 prend des airs de film "bonus" ne faisant pas partie du contrat de cinq longs-métrages que Disney et Pixar (représentées respectivement par Steve Jobs et Michael Eisner alors meilleurs amis du monde) signent juste après le succès de Toy Story.
Alors qu'il reçoit régulièrement dans son bureau la visite de ses enfants - alors bambins -, émerveillés par toutes les figurines s'y trouvant, John Lasseter s'évertue sans cesse à leur faire prendre conscience de leurs caractères d'objets de collection et non de simples jouets.
Toy Story 2 est ainsi construit sur un questionnement plus ambitieux qu'il n'y parait aux premiers abords : un jouet est-il mieux traité à l'abri d'une vitrine ou aux mains d'un enfant ? Au-delà de cette considération pratique, s'en trouve, en effet, une autre à l'évidence bien plus complexe : vaut-il mieux vivre sa vie pleinement quitte à la perdre ou chercher à se mettre à l'abri pour viser l'immortalité ?
Cherchant à densifier le propos, ce dernier a la riche idée d'imaginer, autour de Woody, une sérié télé culte remontant aux années 50 et intitulée Woody's Roundup, dont le cow-boy ne serait qu'un des jouets dérivés anciennement produits et aujourd'hui jalousement recherchés par quelques collectionneurs fanatiques.
Chez Pixar, la qualité reste le maitre-mot.
John Lasseter lui-même mouille sa chemise : il reporte ainsi d'un an son break familial estival et, vu l'ampleur de la tâche, reprend le poste clé de réalisateur du film.
La plus emblématique reste ainsi l'utilisation de la série télé mettant en scène Buzz l'Eclair même si elle évolue finalement en jeu vidéo.
La présence du deuxième Buzz offre, par exemple, de belles occasions de quiproquos. Elle permet notamment de faire réapparaître le personnage de Zurg (en qualité de jouet cette fois-ci), effectuant au passage un formidable clin d'œil cinématographique à L'Empire Contre-Attaque.
Leur interaction est véritablement hilarante, faisant de leur présence un élément essentiel de la sensation d'extrême qualité de l'opus tout entier.
Al:l'humain collectionneur plus filou que méchant,au passage il est, à l'époque, le meilleur humain jamais dessiné par les studios Pixar - ils ont fait beaucoup mieux depuis...
Enfermé dans sa boite de présentation, il a ainsi perdu ce que les autres jouets du film acquièrent instantanément : leur humanité.

Source:
https://www.chroniquedisney.fr/animation/1999-toystory2.htm


Edité le 04-08-2018 à 15:24:35 par Sora




--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Entre Lumière et Ténèbres  <3Hors RPG<3  */*Disney*/*  Toy StoryNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum